Les 1 D au pays des sorcières
Article mis en ligne le 3 décembre 2005
dernière modification le 12 février 2006

par André Petithan
Imprimer logo imprimer

Durant 3 jours, les 1 D ont découvert le pays des Collines, repère des sorcières et des gnomes. Récit.

Lundi 24 octobre 2005

Une première journée bien remplie.

Nous avons formé 4 équipes : les cœurs de pierre, les diables, les m’n’ms et les zizi coincoin.

Nous nous sommes éclatés au jeu de relais avec une trottinette chacun à son tour.

Le 2ème jeu était un jeu de vitesse dans une petite attraction.
Monsieur Prayez s’est présenté avant que nous rentrions dans son car. A l’arrivé au gîte, nous avons posé nos chausssures dans une premiere pièce où on allait manger, s’amuser, suivre les cours, participer à la veillée.
Nous avons découvert nos chambres , nous nous sommes installés tranquillement.

Nous avons fait notre lit pour le soir. Plus tard monsieur Prayez nous a donné un petit cours de cartographie. Il nous a montré comment il fallait orienter une carte .

Nous avons mangé une soupe et de la saucisse avec de la purée et de la compote. Tout le monde a fait ses charges. Nous étions tous pressés de partir pour la marche de nuit.

Fontaine Kevin

La marche de nuit.

Dés que nous avons terminé de souper, nous sommes montés dans nos chambres pour nous préparer. Nous nous sommes tous habillés chaudement et nous avons chaussé nos bottes.

Nous avions rendez-vous devant le bus de Jean-Christophe vers 20 heures.
Nous étions tous pressés à l’idée de participer à cette fameuse marche de nuit.
Le bus nous a conduit très loin de notre gîte et nous avons dû rentrer à pied en passant pas les bois.
Nous avons marché sur une petite route jusqu’à l’entrée du bois.
Arrivés là-bas, les professeurs, monsieur Braunshausen, monsieur Petithan, monsieur Maillaert et monsieur Zeegers, nous ont demandé de profiter du silence de la nuit en étant moins bruyants.
Nous étions en pleine forme et enthousiastes.

Comme il avait plu le jour d’avant, le sol était boueux et nous nous enfoncions.
Les professeurs avaient beau nous dire de ne pas nous tenir, nous le faisions tout de même car nous avions peur de nous perdre dans l’obscurité.
On avait de la boue jusqu’aux oreilles !
Nous nous sommes arrêtés au bord d’une petite rivière.
Il faisait nuit noire.
On nous a dit que nous devions parcourir 600 mètres tous seuls. Génial !
Un petit pont était notre point de départ , un à un nous sommes partis.
Parfois , on entendait des cris au loin.
Rassurez -vous, nous n’avons perdu personne !
Les professeurs faisaient parfois des photos et c’est cela qui provoquait tous ces cris.
Et les flash dans les yeux ...

Après ça on ne voyais plus rien ! Déjà qu’on voyait pas grand chose !
Un peu plus tard , il a pleuviné ce qui veut dire que le sol glissait et que les flaques étaient nombreuses.

Lindsay a glissé et elle est tombée dans une flaque, elle était trempée et couverte de boue et ce n’était pas la seule d’ailleurs !
Nous étions aussi fatigués après la marche de nuit que nous étions enthousiastes au début !
Des montées, des descentes...
Nous ne sentions plus nos jambes.

De retour au gîte, nous avons découvert que de la boue nous en avions jusqu’aux genoux !
Nous nous sommes mis en pyjama et nous nous sommes endormis immédiatement.
Quelle nuit ! C’était déjà HALLOWEEN ! !

Di Mascio Eva

Mardi 25 octobre 2005

Le réveil


Nous rêvons tous d’être star, d’être photographiés mais...est ce que la réalité peut rejoindre nos rêves ? Hé oui...dès notre réveil les flashs des photographes nous ont éblouis.

Pour une fois ce n’est pas nous qui éblouissons les professeurs mais ces photographes en herbe qui nous éblouissent.
Il faut quand même signaler à tous ces photographes que nous, grands sportifs, avons besoin de nous reposer...ils auraient pu attendre une autre heure pour nous voir en plein effort avec nos cheveux tout ébouriffés...

C’est avec les yeux remplis de sommeil et d’étoiles que nous nous levons. Hop un petit passage par la douche et nous voilà prêt pour le petit déjeuner.

Petit déjeuner

Pour affronter les forces du mal qui allaient nous faire subir de pénibles épreuves nous avons dû prendre des forces car la bonne volonté de chacun n’allait pas suffire.

Nous nous sommes précipités sur le lait chaud, le beurre, le choco, la confiture, le café, ...un petit déjeuner de rois, en quelque sorte.
Mais nous avons été galants, nous en avons laissé à ces dames qui, elles, ont eu la chance de gagner quelques minutes de sommeil !

Maertens Audric

Un petit cours de cartographie.

Jean-Christophe nous rappela les trois règles pour bien lire une carte. Il s’agissait de regarder et de s’orienter. Ensuite il nous présenta une veille carte dont il nous expliqua la légende. Puis, il nous montra le genre de carte à laquelle nous aurions à faire pendant notre parcours d’orientation. Il ne fallait surtout pas se perdre !

Apres tant d’explications et de concentration, on avait bien mérité une petite pause et un bol d’air était le bien venu. Une fois la pause terminée, il nous expliqua comment utiliser une boussole.

Cela peut être très utile, surtout pour notre titulaire qui a l’orientation dans le sang ! Le cours terminé, nous avons donné un petit coup de main pour ranger le salon.

Cauchie Jessica

Maison Louise. Ou comment vivait Louise en 1950

Elle n’a pas voulu changer d’époque : elle est restée en 1950. Car pour elle la vie maintenant est trop chère, trop rapide. Quand, nous sommes arrivés, Louise faisait la sieste, donc nous l’avons réveillée.
Elle nous a expliqué que, pour dormir, il fallait porter un pyjama tout blanc avec un bonnet qu’elle avait elle même brodé .Et maintenant, Louise prend un bassin et le remplit d’eau de la pompe et ne se lave que le visage.

Ce n’est qu’une fois par semaine qu’ils prennent un grand bain. Tous ses équipements de cuisine datent de l’ancien temps. La plupart sont en bois ou en métal. Pas de palstique. Et pour le café, il faut moudre le café, faire bouillir de l’eau, mettre le tout dans une chaussette et voilà le tour est joué.

Mais c’est un café très amer.
Son petit déjeuner : du pain fait maison , avec de la confiture qu’elle a elle même préparée.

Louise a aussi un magasin, elle y vend du chocolat, des graines, des bonbons, du fil à coudre, etc.
Dégustation bonbons ; délicieux ! ! !

Avant de partir Louise nous a montré sa grange : elle a un cochon, des poules et une vache dans une prairie .

Lindsay Derivière

Mercredi 26 octobre 2005

Visite de la ferme du Harby.

Le fermier nous a accueilli gentiment lors de notre visite à la ferme.
Il nous a emmené dans l’étable afin de nous familiariser avec l’élevage des vaches .Il nous a expliqué comment les nourrir et nous avons pu observer un ingénieux système pour débarrasser les bouses de vaches .

Ensuite nous sommes passés à la salle de traite où nous avons essayé la traite moderne .

Une autre personne nous a donné un cours sur la vie des chevaux , leur nourriture, comment les soigner, le brossage et aussi comment les monter. Nous avons pu mettre les explications en application et monter un cheval.

Nous avons continué notre découverte des animaux de la ferme et joué à un jeu « fermier » ayant pour règle d’attirer les lapins. Cette visite s’est terminée par un petit dîner en compagnie de monsieur Braunshausen et monsieur Petithan.

Coralie Prunet

Les 1 D 2005-2006



puce Plan du site puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2005-2017 © Saint-Julien-Parnasse - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33