Théâtre à l’institut, 2007

Invitation à la pièce de théâtre des 5e et 6e les vendredi 11 et samedi 12 mai 2007

Article mis en ligne le 2 mai 2007

par Marie-Pierre Ghigny
Imprimer logo imprimer

Trois souris

Cette année, les élèves de 5e et 6e - ô combien motivés - vous proposent un spectacle différent, plus audacieux.

Trois souris ne vous fera pas rire, il vous fera plutôt frémir, vous donnera des frissons dans le dos, vous fera grincer des dents. Le suspense vous tiendra en haleine jusqu’au dénouement final surprenant, du moins nous l’espérons.

Trois souris est une adaptation très libre d’une nouvelle d’Agatha Christie ( Three blind mice 1952). La célèbre romancière anglaise – si pas la plus célèbre d’entre tous les romanciers anglais ( Il paraitrait qu’elle a eu plus de lecteurs que le grand Shakespeare himself) avait elle-même porté sa nouvelle à la scène. La Souricière - tel est le nom qu’elle donna à la version théâtrale des trois souris - est encore aujourd’hui jouée sur les planches londoniennes et ce depuis 50 ans de manière ininterrompue.

Nous avons quant à nous préféré repartir du texte original ( enfin d’une traduction de ce texte bien évidemment) pour vous offrir une version nouvelle qui laisse la part belle à l’imaginaire.

Sur la scène, en plus des acteurs : des danseurs et des chanteurs. Pour être plus exact : des chanteuses et des danseuses … Le casting étant très féminin cette année.

L’histoire

Molly et Giles – just maried –viennent d’hériter d’un vaste manoir dans le plus pur style victorien. Ils décident conjointement de le convertir en pension familiale.

Les deux jeunes gens sont tantôt excités d’être les hôtes, de pouvoir recevoir dans un cadre somptueux et reculé dans la belle campagne anglaise, tantôt angoissés de ne pas se montrer à la hauteur et de laisser transparaitre leur inexpérience.

Leurs premiers pensionnaires sont au nombre de trois ,plus un invité surprise trop heureux de trouver refuge au beau milieu de la nuit au plus fort d’une tempête hivernale qui finit par coincer tout le monde au manoir. Et il y avait foule au manoir. (Ha non, ça c’est ailleurs… chez Tardieu !)

Il est loin le temps où les hivers ressemblaient encore à des hivers, où au mois d’avril on ne pouvait se découvrir d’un fil….
Nous sommes au sortir de la guerre. Tout est encore un peu embrouillé. Toutes les plaies ne sont pas encore pansées. Les années sombres ne sont pas bien loin. Et durant ces années, trois pauvres petites souris ont souffert plus qu’à leur tour sans jamais trouver d’oreille attentive, de main secourable, d’écho à leur plainte.

Trois petites souris qui n’ont de cesse de se venger.

Trois petites souris

Trois petites souris

Trois petites souris aux yeux crevés.

Three blind mice

Three blind mice

See how they run

See how they run

They all ran after the farmer’s wife

Who cut off their tails whith a carving knife

Did you ever see such a thing in your life

As three blind mice

Si vous ne connaissez pas cette comptine, elle vous trottera cependant dans la tête au sortir de la pièce, c’est une chose assurée.

Venez donc nombreux applaudir les artistes. Testez votre perspicacité en tentant de démasquer le coupable avant qu’il ne soit confondu sur la scène.

JPEG - 137.4 ko
l’affiche de la pièce

Dans la même rubrique



puce Plan du site puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2005-2017 © Saint-Julien-Parnasse - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33