7 avril 2010 : A nous Malem-Hodar !
Article mis en ligne le 19 mai 2010
dernière modification le 26 août 2018

par André Petithan
Imprimer logo imprimer

Lever très matinal et promenade vers Imindine pour le baobab… Le paysage change fort par rapport à Noël. Le terrain est vraiment dénudé et les limites sont moins visibles. Au programme de la matinée deux activités parallèles.

Pour Chantal, Périg et André, ce seront deux visites protocolaires. Pour le reste du groupe, travail de présentation des malles. Visite de courtoisie au préfet et à l’inspecteur de l’Iden. Le préfet, comme d’habitude, a un discours précis et très encourageant.

Le groupe Yombal pendant ce temps découvre les malles.

Nous racontons chacun à notre tour l’histoire de notre malle.
Ensuite, Aïssatou et Ouseynou nous présentent tous des objets récoltés dans 7 villages du département de Malem Hodar et nous expliquent leur utilité. Nous les écoutons avec attention. Ces objets ont tous un rapport avec la vie quotidienne actuelle ou plus ancienne. Nous proposons alors de découvrir la malle belge par le jeu qui l’accompagne.

Voir les jeunes, belges comme sénégalais, aussi intéressés est vraiment enthousiasmant. Belle réussite donc pour ces malles.

Brève visite à Mor Ndiama Kâ puis repas convivial suivi d’une sieste réparatrice. La chaleur très forte est assez éprouvante. La fin de la journée sera consacrée à une visite de Kounedy. Nous nous y rendons à vélo ou en charrette. Yombal est maintenant une belle réalité. Les femmes du GIE Deggo ont, elles aussi, organisé une fête grandiose. Plus de 300 personnes nous attendent. Un groupe a monté une petite pièce de théâtre pour exprimer de manière vivante et amusante les besoins du village mais aussi pour critiquer certains aspects de la société rurale sénégalaise (mariages précoces ou réticence par apport à l’école moderne notamment).

L’abri du moulin à mil est terminé. Rencontre avec les maçons qui ont bien travaillé. L’abri est peint et recouvert d’un enduit. La toiture, en tôle de bonne qualité, semble solide. On n’attend plus que le moulin… Problème : l’état sénégalais a averti qu’il fournirait un moulin au village. La discussion avec les femmes montre que d’une part elles préfèrent le moulin de l’asbl, que d’autre part, il y a place dans le village pour 2 ou 3 moulins et enfin qu’un accord est prévu pour un transfert du moulin de l’Etat vers le village d’Imindine.

A notre retour, le repas est prêt. Mame Mbacké et Fama, s’activent depuis tôt le matin, et dans la chaleur… La soirée se termine par notre traditionnel et nécessaire débriefing. Chacun s’y exprime sur le vécu de la journée, les questions, les difficultés.

Une belle et utile manière de terminer des journées qui sont riches en émotions.



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33