8 avril : vie quotidienne et premiers tours de roue
Article mis en ligne le 19 mai 2010
dernière modification le 26 août 2018

par André Petithan
Imprimer logo imprimer

La journée commence mal : le gsm de Virginie a disparu. Une réunion en parallèle des groupes permet très rapidement d’être certain que le vol n’est pas lié au groupe. Les partenaires sénégalais sont très affectés par ce vol, nous essayons de relativiser. Plainte contre X est portée. On propose un gri-gri sensé apporter une solution au problème.

Tout le monde désire poursuivre les activités, notamment l’arrosage et le binage des carrés du potager dont Francis Manga, prof. d’EPS et Casamançais s’occupe avec passion. Chacun s’y met et le gros du travail est vite terminé.

Ensuite, Virginie déploie la « parachute », grande toile multicolore utilisée dans les cours de psychomotricité notamment.

Pour les Sénégalais, c’est une découverte et M. Manga, à qui est destiné le parachute, observe attentivement les activités possibles avec cet outil. Les jeunes, belges comme sénégalais, s’en donnent à cœur joie… Les équipements de foot sont également très appréciés. Un petit match s’engage. Poussière et chaleur ont vite raison d’André… pas des jeunes…

Le couscous de Mame Mbacké remporte comme d’habitude un beau succès. La sieste suit. La fin de journée est consacrée à une conférence de l’inspecteur d’académie Dhiédiou, sur l’enseignement et les réalités culturelles au Sénégal. Très intéressant mais la chaleur est telle que l’attention est difficile. Notamment pour nos jeunes qui, cependant, sont irréprochables.

Le départ pour Hodar approche. Grand moment ! Une quinzaine de vélos et trois charrettes démarrent. Le cortège s’effiloche vite. La route, au départ, est assez bonne mais à mi-chemin le sable devient de plus en plus présent. Rouler reste cependant possible, preuve que l’idée Yombal était bonne.

L’arrivée au village est assez folle… Tous les enfants nous escortent en courant. Les notables du village, y compris le (très) vieux chef du village, s’adressent brièvement à nous pour exprimer leur contentement à propos de notre visite et des actions entreprises notamment grâce à l’activité de l’équipe pédagogique.

La soirée se termine dans la concession des professeurs, sous l’abri central, au son de la guitare et des chants. Nuit courte et bruyante : les ânes de Hodar ont fait la fête tard le soir et se sont levés tôt…



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33