Visite de la Banque Nationale de Belgique
Article mis en ligne le 23 mars 2012
Imprimer logo imprimer

Le jeudi 26/01/2012, les élèves de 5ème sciences-économiques ont visité le musée de la Banque Nationale de Belgique. Cette visite s’insère directement dans le programme de cours : histoire de la monnaie, rôles et formes de la monnaie, causes et conséquences de l’inflation, de la déflation, rôles de la BCE pour contrôler l’inflation (taux d’intérêts). Ainsi que tout l’imaginaire de l’argent et l’origine des expressions liées à l’argent.

Mme Hardenne


Vue générale de la visite.

Le Jeudi 26 Janvier 2012, les 5ème sciences-économiques se sont rendus à la Banque Nationale de Belgique située Rue Du Bois Sauvage, 10 à 1000 Bruxelles.
Arrivés sur les lieux, une jeune demoiselle nous a fait visiter la Banque Nationale de Belgique en commençant par un film sur l’inflation.
Ensuite, nous avons pu observer l’évolution des prix et des salaires au fil du temps. Cela nous a choqué car en 1H de travail les ouvriers au début du 20ème siècle ne pouvaient pas s’acheter de quoi se nourrir. Mais de nos jours, nous pouvons nous offrir bien plus que seulement de la nourriture en 1H de travail.
Par la suite, nous avons assisté à un jeu sur les taux d’intérêt et l’inflation qui nous mettait dans la peau du directeur de la Banque Centrale Européenne.
Le guide nous a ensuite montré les différents signes de sécurité des billets. Ces signes de sécurité sont d’application dans les 17 Pays de la zone euro.
En outre, nous avons pu découvrir les différentes sortes de monnaies et leurs rôles dans le temps... Cela fut très enrichissant pour notre culture générale.
Pour conclure la visite, nous nous sommes dirigés vers le bureau du gouverneur et la salle des actionnaires.
Nous avons pu voir les tapisseries représentant les villes les plus importantes en Belgique.
Ce fut une journée très instructive pour nous ainsi que notre classe.
Nous tenons à remercier notre guide pour ses bonnes explications et sa patience !

Ile Madalina, Molders Tristan , Gorucu Daniella et Nsala Martha.


Le troc et les monnaies-marchandise

Le troc
Le troc est l’opération économique par laquelle chaque participant cède la propriété d’un bien (ou d’un groupe de biens) et reçoit un autre bien. On oppose le troc à l’opération d’achat-vente médiatisée par une monnaie.
Le troc a été le seul mode d’échange de nombreuses économies anciennes comme celle de l’Egypte des Pharaons ou celle des peuples amérindiens. Le troc a précédé l’échange monétaire qui l’a supplanté dans les sociétés modernes. Mais il n’a jamais totalement disparu, ni dans le commerce intérieur et encore moins dans les échanges internationaux, lorsqu’un pays ne dispose pas d’une devise convertible.

Les biens échangés d’un troc peuvent être matériels, par exemple des ressources minières, des terres, ou encore non matérielles, comme des services, des savoirs, des quotas de pollution, des idées ou même des symboles, comme l’est devenue la monnaie. Il est parfois difficile de trouver un accord entre les 2 parties car l’un peut trouver qu’une offre d’échange n’est pas équitable et la proximité entre les parties est également indispensable.
Cette proximité a souvent disparue avec le temps mais elle a été compensée par de nouveaux outils qui permettent de rentrer en contact avec d’autres personnes intéressées par ce principe économique. Ainsi, de nombreux sites Internet permettent de déposer une annonce, afin de proposer un bien ou un service contre un autre.

Monnaies-marchandise

Dans le troc, toute marchandise peut servir de moyen d’échange occasionnel.
Une marchandise devient une monnaie lorsqu’elle devient courante. Cela peut-être des coquillages, des barres de sel (Romains), du thé, des pierres (île de Yap). La monnaie-marchandise la plus connue est l’or, l’or-métal. L’or a servi de monnaie pendant des siècles.
Un commerçant était payé avec une pièce d’or. Il la pesait avec un trébuchet. Et il la faisait "sonner" à son oreille pour en vérifier l’alliage d’or. Il l’acceptait si la pièce était "sonnante et trébuchante". Ce temps passé de vérification accroissait le coût de la transaction.

Un des buts de la monnaie actuelle (fiduciaire) est de réduire le coût des transactions, de réduire le coût des échanges. Tout échange d’une marchandise a un coût non nul. La protection d’une marchandise a un coût. L’usage d’une monnaie-marchandise a un coût de transaction important.

Aloy Bruno, Destrée Valentin, Godessart Nicolas, Mayaka Jonathan


Histoire de la monnaie

Origines des pièces et monnaies :

- Fin des monnaies marchandise :
La monnaie devait être transportable, divisible, identifiable et durable mais les monnaies de l’époque (Pierres de Yap, sel, haches,…) devenait un inconvénient pour la population des divers pays.
Alors les métaux ont été utilisés comme monnaie.

- Apparition des premières pièces :
L’apparition des premières pièces fût en Chine puis en Turquie (Lydie) en 600 avant Jésus-Christ, où le Roi crésus puisait les métaux précieux (alliage d’or et d’argent : électrum) dans le fleuve Pactole.
Cette monnaie permettait la garantie d’un poids et d’une certaine valeur intrinsèque.
Il y eu vite un problème car cette monnaie était un mélange d’or et d’argent qui n’était pas toujours le même et il fallut la séparer et fixer une valeur sur ces deux métaux.
A Rome, Jules César fut le premier à apparaître de son vivant sur une pièce de monnaie.
Au XIII et XIV siècle, il y eu l’apparition de monnaie à caractère international car il y avait un besoin énorme en liquidités dû à l’essor du commerce et à l’urbanisation.
- Apparition des premiers billets :
C’est également en Chine Dans la ville de Khanbalik où les premiers papiers-monnaie furent fabriqués. Ces billets avaient la signature et le cachet de certains hauts fonctionnaires.
En Europe, c’est en suède que la monnaie-papier apparait, suite à une pénurie de métaux (cuivre). Il fallait faire confiance en quelque chose donc la monnaie fiduciaire est née. La banque privée de Stockholm permettait les opérations de dépôt, d’endossement et de charge et la possibilité de donner des crédits. La valeur de cette monnaie dépendait de la confiance des gens dans la banque. Le billet de banque apparu réellement au XVII et connu son essor au XIX siècle.

Utilités de ces monnaies :

La monnaie-marchandise comme les pièces d’or et d’argent pouvaient changer très vite de valeur. Il était donc nécessaire d’avoir une monnaie divisible (divisionnaire) et une monnaie fiduciaire.
Origines de certaines expressions :
- Riche comme Crésus : cette expression, qui signifie être extrêmement riche, vient du Roi de Lydie, Crésus qui était célèbre pour ses richesses.
- Toucher le Pactole : cette expression, signifiant recevoir des richesses importantes, provient du fait qu’en Lydie, le fleuve Pactole contenait de l’or et qu’on avait qu’a se baisser pour ramasser de l’or.
- Salaire : vient du mot latin signifiant « sel ».

Travail réalisé par Silva Braga Junior, Selleslagh Laura,
Lire la suite...

Dans la même rubrique



puce Plan du site puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2005-2017 © Saint-Julien-Parnasse - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33