Visite chez Oxfam
Article mis en ligne le 23 mars 2012
Imprimer logo imprimer

Le vendredi 10 février, les élèves de 6ème sciences-économiques ont participé à l’atelier d’immersion « Mondiapolis » organisé par Oxfam-solidarité. Ils ont ainsi pu mieux comprendre les interactions entre les agents économiques du Nord et du Sud et l’influence de nos modèles de consommation sur les conditions de travail du sud.

Le 10 février, la classe de sciences-économiques a participé aux activités que proposait Oxfam. Arrivés là-bas, on nous a préparé aux activités en nous posant la question : « Quels sont les cinq droits fondamentaux de tout un chacun ? » Nos réponses étaient variées mais certaines étaient égoïstes, car nous pensions souvent à nos droits avant de penser que nous avons beaucoup de privilèges par rapport à d’autres jeunes dans le monde. La première activité consistait à répondre à des questions par rapport au mode de fonctionnement de certaines entreprises multinationales. Beaucoup d’entre elles ont leur siège dans les pays du Nord, tout en produisant leurs produits dans les pays du Sud en évitant toute contrainte. C’est-à-dire que les entreprises sous-traitent et ne possèdent aucune usine à elles dans le sud. La deuxième activité, elle, consistait à se mettre dans la peau des différents agents, acteurs (comme l’Etat, l’entreprise qui sous-traite, l’usine qui produit, les actionnaires, les ouvrières, les syndicats et les consommateurs), qui jouent un rôle dans la problématique du non-respect des conditions de travail de l’OIT (l’organisation internationale du travail). Nous avons mené notre « enquête » sur la problématique pour ensuite débattre de la situation des ouvrières. Nous avons ensuite regardé une vidéo sur l’action syndicale. Enfin, nous avons parlé des possibilités que les jeunes ont pour faire bouger les choses.

Vanzeune Bryan, Candeias Patrick, Ruts Laura

Vendredi 10 février 2012, nous sommes allés à Oxfam pour en connaître un peu plus sur la mondialisation et toutes les injustices liées au travail.
Nous avons participé à différents ateliers : le premier était basé sur les multinationales à travers le monde, plus précisément sur le nombre d’employés, la production et leur impact dans le monde.
Ensuite, on a regardé un montage vidéo pertinent sur la façon de faire du profit.
On a été marqué par la manière dont les multinationales surexploitent leurs ouvrières /ouvriers qui travaillent 76h/semaine dans des conditions de travail précaires, certaines n’ayant même que 14ans.
Nous, élèves, nous sommes mis dans la peau des victimes et des « coupables » de cette situation inhumaine. Dans le jeu de rôles, nous n’avons pas su nous mettre d’accord, ni Riverage, ni J-mode, ni l’Etat cambodgien, ni les syndicats ni les ouvrières. Pour l’instant, on cherche des solutions pour conformer le travail des ouvrières aux exigences de l’OIT et on y parvient petit à petit grâce à des manifestations et du boycottage.
En conclusion, on peut dire que cette situation est très complexe et profonde. Un dernier acteur pourrait faire pencher la balance : le consommateur.

Rida Cherouaqui, Bart Crispeels, Maxime Brésinski, Martin Van Hove



puce Plan du site puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2005-2017 © Saint-Julien-Parnasse - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33