Stage Biotechnique 2012 : La Rhune
Article mis en ligne le 22 mai 2012

par Jean-Paul Sprumont
Imprimer logo imprimer

Il y eut un soir, il y eut un matin... et les stagiaires virent que le temps était moche... Qu’importe - pluie du matin n’arrête pas le pèlerin - après un robuste petit déjeuner, nous embarquons dans le car. Direction : Ascain où nous attendent nos trois guides locaux.

C’est donc répartis en trois groupes que nous attaquons l’ascension de La Rhune, cette petite montagne qui culmine à 905 mètres, tout en ayant quasi les pieds dans le golfe de Gascogne. C’est entre averses et timides éclaircies que nous nous initierons à la géologie des lieux, mais aussi à sa faune, peu visible étant donné les conditions météorologiques, et à la flore. Nous aurons moultes explications sur les espèces locales, notamment celles des tourbières, mais aussi sur les aspects alimentaires et médicinaux des plantes rencontrées. Sans oublier quelques informations sur le patrimoine culturel local.


C’est parti pour l’excursion !


Un joli bloc de poudingue


Notre guide nous explique la fécondation chez l’Arum

Pour le pique-nique de midi, une bergerie pouvait servir d’abri. Mais il fallait choisir entre être dehors, dans le vent, les bourrasques, les averses... ou être dedans parmi les odeurs fortes que vous pouvez imaginer. Inutile de dire que la pose ne fut pas longue.

Encore un petit bois de conifères à traverser, et c’est la longue montée vers le sommet, au milieu d’un paysage chaotique, fait de rocs et d’herbes sèches. Le paysage est superbe. La baie de Saint-Jean de Luz s’étend à nos pieds, te l’on voit clairement les masses humides monter à l’assaut de la montagne, les nuages se former, et les pluies d’altitude s’abattre. Superbe démonstration de ce qui avait été vu peu de temps auparavant dans le cours de Biologie Appliquée. On n’en demandait pas tant !


Grassette en fleur. Il s’agit d’une plante carnivore des tourbières


Narcissus bulbocodum, endémique des Pyrénées

C’est donc avec un certain soulagement que nous atteignons le sommet, le point le plus haut de notre périple, mais aussi le plus u sud puisque nous ferons une brève incursion en Navarre, donc en Espagne, où une "Venta" accueillante nous permettra de nous réchauffer avec un bon café...

Après tout cela, nous avions bien mérité une petite distraction touristique... C’est entrain à crémaillère que se fera la descente, sous l’oeil blasé des pottoks et accompagnée par un courageux joggeur descendant le massif à la course.


C’est parti pour la descente !


Saint-Jean de Luz dans une éclaircie


Le petit train de La Rhune

Après avoir pris congé de nos guides, nous rentrons à l’Auberge pour un temps de repos avant le repas du soir et une douce soirée.

Il y eut un soir, il y eut un matin... Mais cela, c’est une autre histoire. Suite au prochain épisode !

(Photos : C. Seront et J.P. Sprumont)



puce Plan du site puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2005-2017 © Saint-Julien-Parnasse - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33