Stage biotechnique 2012 : Surfrider Foundation
Article mis en ligne le 3 juillet 2012

par Jean-Paul Sprumont
Imprimer logo imprimer

En ce mercredi matin, nous allions théorie et pratique pour les activités. C’est la "Surfrider Foundation" qui nous accueille en ses locaux. Cette association créée par des surfeurs s’est fixée pour but de lutter contre la pollution de la mer, aussi bien par l’information que par des activités de terrain concrètes. Actives dans de nombreux pays, elle a son siège à Biarritz.

Son centre présente une intéressante exposition consacrée à ce sujet, mais aussi à toute une série de mécanismes physiques expliquant l’agitation de la mer. Un astucieux montage permet notamment de visualiser le comportement des vagues à l’approche des côtes. Un film consacré au surf et une salle parlant des gestes à faire pour vivre selon les concepts du développement durable complète l’exposition. Nous visitons ce centre sous la conduite d’une animatrice, ce qui permet à chacun de compléter ses notes et de poser toutes les questions souhaitées.


Un public attentif...


Petit regard sur l’exposition


Machine à faire des vagues

Ensuite, direction la plage. Nous nous retrouvons largement équipés de gants et autres sacs poubelles, et c’est parti pour le ratissage d’un kilomètre de plage, avec pour but de ramasser la maximum de déchets d’origine humaine. C’est qu’il y a déchets et déchets. Les uns sont naturels : algues arrachées, troncs flottants,... et ne posent aucun souci. D’autres sont d’origine humaine, et nettement plus préoccupants. Les plastiques constituent la majeure partie de ce que nous ramassons. Quant on sait que des masses de ces matières forment des agrégats énormes au milieu des océans, on comprend mieux l’importance qu’il y a à agir. Cordes, bouteilles, seaux, sacs s’entassent dans nos poubelles. Particulièrement abondants : les bâtonnets de coton-tiges. On jette cela bêtement dans la cuvette du WC, ce n’est pas arrêté par les grilles des stations d’épuration, et cela fini en mer. Le plus surprenant : une belle quantité de petites rondelles en plastique... On s’est longuement posé la question de leur origine jusqu’à ce que les animateurs lèvent le mystère : petits éléments des stations d’épuration servant de support pour les films bactériens. Comme quoi, l’inattendu était au rendez-vous ! Retenons un chiffre : 80% des plastiques trouvés en mer sont d’origine "terrestre", c’est-à-dire jetés dans les rivières et fleuves.


On se prépare à l’action


En plein travail


Et voilà le résultat !



puce Plan du site puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2005-2017 © Saint-Julien-Parnasse - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33