Reverdir les écoles
Article mis en ligne le 31 octobre 2013
dernière modification le 12 avril 2013

par André Petithan
Imprimer logo imprimer

Telle est à peu près la traduction de Naatal Ecole : reverdir les écoles. En français, le projet s’appelle Naatal Ecole Oasis.

Comme toujours, l’idée d’une projet de ce type vient d’une réflexion conjointe entre les responsables belges et sénégalais de l’asbl Malem-Auder et une équipe d’enseignants del’Institut.

Dans le cas présent, c’est l’équipe du projet « Jënd ci jub » qui a mené ce travail de réflexion.

Les arguments qui fondent ce projet s’articulent autour :

  • de l’existence de conditions de travail difficile des acteurs du système marquées par une pléthore d’abris provisoire comme salles de classe et par l’insuffisance de protection des espaces scolaires fortement secoués par les intempéries ;
  • d’un retard criant de la circonscription éducative locale du point de vue des indicateurs du système par rapport au niveau national : faible Taux Brut de Scolarisation et de Préscolarisation (TBS et TBPS) qui s’explique par des raisons économiques et socio-culturelles ;
  • l’existence de documents provenant des communautés scolaires et sollicitant Malem-Auder pour des financements de murs herbaux dans les établissements scolaires ;
  • du rythme de déboisement des ressources naturelles dans la zone d’action de Malem-Auder ;
  • de l’inexistence de projets de murs de protection dans les écoles de la circonscription.

Il a donc fallu déterminer de quelle manière un projet mené par Saint-Julien-Parnasse et Malem-Auder pourrait répondre à ces difficultés.

L’idée retenue est de proposer à une série d’écoles-cibles une sorte de « pack » comprenant 4 éléments :

  • une formation en agro-écologie et traitement des déchets pour les équipes pédagogiques ;
  • la mise en place de haies vives permettant d’entourer les périmètre de l’école ;
  • la mise en place d’un périmètre potager interne à chaque école ;
  • la fourniture de 2 foyers à bois économes et du matériel nécessaire à une meilleure gestion des déchets.

Chaque point répond à au moins une problématique fréquemment relevée dans les écoles rurales.

La formation :

  • manque de formation générale des maîtres
  • garantie de la meilleure approche possible du périmètre potager
  • réduction des coûts par la non utilisation de pesticides ou d’engrais chimiques

Le périmètre en haies vives :

  • sécurisation du périmètre par rapports aux bêtes errantes
  • fourniture de bois de cuisson
  • lutte contre la déforestation et reboisement

Le périmètre potager :

  • amélioration qualitative de la nourriture fournie aux enfants
  • dégagement de marges bénéficiaires permettant d’acheter du matériel scolaire en début d’année
  • implication des enfants et des parents dans le fonctionnement de l’école

Les foyers à bois économes :

  • réduction importante de la consommation de bois
  • diminution des nuisances dues à la fumée
  • meilleur rendement et rapidité de la cuisson.

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33